<< Los Nr. 93 - Hadrien ...   Los Nr. 95 - Aelius César ... >>

Los Nr. 94 - Vente aux enchères 8

Hadrien 117-138.  Médaillon de ...
Hadrien 117-138.  Médaillon de ...
Ausrufpreis:
300.000,00 CHF


Hadrien 117-138. Médaillon de bronze frappé au nom d'Antinoüs, Bithynium (Bithynie). Buste drapé d'Antinoüs à gauche / Antinoüs vêtu du chiton court et d'un manteau, tenant un pedum et avançant à gauche, la tête tourné à droite; à côté de lui, à gauche, un taureau paissant et un roseau. 46,17g. BMC 117, 3 et pl. XXVI, 2 var. (avec étoile au revers); Blum 8, pl. II, 15; Rec. Gén. p. 270, 15.
Petit trou de suspension sur la tranche. La plus belle monnaie d'Antinoüs connue. Splendide.
Anmerkungen
Exemplaire provenant de la vente Gorny 76 (1996), 310.

Antinoüs, l’ami et favori d’Hadrien, disparaît mystérieusement en automne 130, à l’âge d’environ 20 ans, dans les eaux du Nil. Très affecté par sa disparition, Hadrien décide de le diviniser et de lui instaurer un culte. Ce médaillon s’inscrit dans ce contexte. Bithynium, anciennement Claudiopolis, était la patrie d’Antinoüs. Hadrien s’était montré particulièrement généreux envers cette ville qui, en signe de gratitude, ajouta le nom de l’empereur au sien. L’inscription de l’avers se traduit donc par : « Au divin Antinoüs  la patrie [reconnaissante]» et le revers porte le nouveau nom de la ville. Le sujet représenté au revers est peut-être une simple scène bucolique, mais on pourrait tout aussi bien y percevoir une allusion à la légende du rapt des taureaux d’Apollon par son demi-frère Hermès. Antinoüs est en effet souvent représenté sous les traits et avec les attributs d’Hermès. Ici il porte des sandales ailées. Les représentations d’Antinoüs dans la statuaire sont très facilement identifiables et reposent toutes sur un même modèle original. Les portraits d'Antinoüs se caractérisent par une chevelure aux mèches irrégulières et drues, qui s'arrête souvent à la base de la nuque. Les yeux sont grands, soulignés par des sourcils marqués et arqués. Ces mêmes traits s’appliquent aussi aux médaillons. L’Egypte, qui jouissait d’un statut particulier car elle était la propriété personnelle de l’empereur, est la seule à avoir émis des monnaies (drachmes et hémidrachmes de bronze) à l’effigie d’Antinoüs. Leur qualité de gravure ne diffère guère des pièces avec le portrait d’Hadrien. Pour toutes les autres villes, les médaillons sont d’une toute autre facture que les monnaies courantes. Pour les médaillons, l’exécution des coins a toujours été confiée aux meilleurs graveurs, à des orfèvres habitués à travailler sur des intailles. L’artiste qui a réalisé les coins de cette pièce a surpassé tous les autres et réalisé un chef d’œuvre.


Gebote

Status:
geschl. Auktion